Anneau gastrique : de la décision au 1er RDV

8 Oct

Si tu as raté le 1er épisode de cette histoire, tu peux le lire ici.

C’est donc l’été dernier (2012) que j’ai eu le rendez-vous avec mon médecin. S’en ai suivi une longue, très longue, période de réflexion.  Un  chemin au cours duquel j’ai emprunté les sentiers de la colère (de ne pas avoir réussi à maigrir), du déni (parfois j’occultais totalement mon problème de poids – un peu comme une autruche), de la honte (d’être incapable de m’en sortir seule), de la peur (de me faire opérer et des conséquences sur ma vie future) et du renoncement (tellement flippée que je finissais par me dire que ce n’était pas une bonne solution). Souvent j’ai fait ce chemin en solo. Parfois, mon chéri m’a tenu la main pour me donner la force d’avancer.

grossesse_obesite

Cinq mois, c’est le temps qu’il m’a fallut pour arriver au bout du chemin, pour accepter. L’opération d’une part, mais également tous les enjeux et challenges qui se présenteraient à moi après la chirurgie.

Croire que la pose d’un anneau gastrique est une solution miracle c’est déjà être en échec. L’anneau n’est qu’un allié de la perte de poids. C’est un peu comme les 4 fantastiques, ou Lorel et Hardy. Il fait partie d’une équipe. Il n’est rien sans les autres et les autres ne sont rien sans lui. Ses compagnons de route sont Equilibre-Alimentaire et Activité-Physique.

Moi j’ai avais pleinement conscience de tout cela avant même le rendez-vous avec le Chirurgien.
Sur les conseils de mon médecin, j’ai décidé de rencontre le Dr Fréring de la Clinique de la Sauvegarde de Lyon (je suis de Grenoble). Cette clinique est un centre référent en France pour ce type de chirurgie.
Mon 1er rendez-vous s’est tenu le 4 février. Je me rappelle encore de l’attente interminable dans la salle d’attente bondée, le stress qui montait au fil des minutes qui s’écoulait. Puis ce fut mon tour. Chéri était venu avec moi. Chéri m’a accompagné dans toutes les étapes de ce long processus.
Pendant environ 30 min nous avons parlé de mon état de santé, de l’historique de ma prise de poids, des types d’opération possibles dans le cadre de l’obésité dite morbide, des risques liés à l’opération et des enjeux pour l’avenir. Je ne vous livrerai pas ici le détail des échanges, mais ferait peut-etre un billet expliquant les différentes chirurgies ultérieurement.

Moi j’étais venu pour un anneau, et nous avons donc convenu que cette chirurgie correspondait à ma « pathologie ». Ca me paraissait être une chirugie de 1ere intention. Quand on apprend à skier on ne commence pas par une piste noire. En tout cas, c’est un peu comme ça que je voyais les choses.

Alors que le rendez-vous touchait à sa fin, le Chirurgien m’a demandé « voulez-vous que l’on programme l’opération? ». Et subitement j’ai été envahi par une vague émotionnelle si forte que les larmes se sont mises à couler sur mes joues. On entrait dans le vive du sujet. Plus de retour en arrière possible. J’allais m’engager dans une voie qui m’effrayait autant qu’elle m’inspirait.

Il nous a conduit au bureau de la secrétaire qui s’occupe des opérations (parce qu’elles sont 4 ou 5 au cabinet). Je la voyais s’agiter, sortir des papiers, taper sur le clavier de son ordinateur, me poser des questions même. Moi j’étais noyée sous la déferlante qui venait de s’abattre sur moi. Chéri me serrait la main très fort et répondait parfois à ma place. J’étais vraiment sonné.

J’allais me faire opérer.
On allait me poser un anneau gastrique, le 27 mars 2013!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements

4 Réponses to “Anneau gastrique : de la décision au 1er RDV”

  1. aggie 9 octobre 2013 à 03:24 #

    C’est vrai que maintenant on entend tellement souvent parler d’anneau gastrique, qu’on aurait presque l’impression que ça se fait facilement, alors qu’il n’en est rien. Rien qu’à te lire, on comprend que tout ce qui se passe dans la tête en amont est très très dur à vivre avant de prendre la décision.

    • Chez Laet 10 octobre 2013 à 11:42 #

      Coucou Aggie et merci pour ton passage et ton petit mot!
      En effet, dans mon cas, je suis vraiment passée par des phases émotionnelles très différentes mais toutes aussi intenses. Je ne regrette pas car je crois que cela m’a permis d’être « prête » pour l’opération et les enjeux/changements que cela imposerait dans ma vie.
      Du point de vue médical, les démarches sont un peu lourdes (j’en parlerai dans mon prochain billet) mais il est effectivement « facile » de se faire opérer. Et je comprends aussi les raisons pour lesquelles la santé publique préfère opérer les gens que d’ignorer le problème de l’obésité.
      Mais je trouve que le suivi psycho-médical n’est peut être pas suffisamment poussé pour des patient(e)s un peu fragiles. Je crois qu’il est facile de penser que l’anneau fera tout, et entendre ensuite des « anneautés » se plaindre que ça ne marche pas.
      Mais je ne généralise pas non plus 🙂
      En tout cas la décision n’a pas été facile, mais je ne regrette rien!
      A tout bientôt!

  2. Claudia etc 20 octobre 2013 à 12:25 #

    Quelle courage ma belle! Une opération, ce n’est jamais anodin et on n’en sort jamais vraiment indemne (physiquement et moralemnt…)…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Anneau gastrique : les bilans pré-opératoires #1 | - 18 novembre 2013

    […] souvent sur plusieurs mois, voire une année. D’où ma surprise, à l’issue de mon 1er RDV avec le chirurgien, lorsque celui m’a proposé une date deux mois plus tard. J’étais à la fois paniquée […]

Le blabla c'est par là!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s