Le Grand Départ !

30 Sep

Je l’ai attendu ce Grand Départ, ce jour où je m’envolerai avec un aller sans retour, à destination de notre nouvelle vie. Plusieurs mois que je me prépare.

Et d’habitude, quand tu as attendu un truc aussi longtemps et avec autant de ferveur, il passe tellement vite que tu te demande si la Terre n’a pas tourné plus vite que d’habitude.

Mais là, ça n’a marché comme ça. Non, quand tu fais un si grand voyage, tu as bien le temps de le sentir passer, au point de te dire qu’un petit con à trouver le moyen de suspendre le temps…..

Chronique d’un Grand Départ et d’un Long Voyage

On s’est levé tôt. Trop tôt. A l’heure où ton ventre n’a ni faim, ni soif.
On a sauté dans nos fringues (ouais on est méga sportif, même à 6h du mat’), chargé les valises dans la voiture et pris la route en direction de l’aéroport de Francfort (Allemagne).

Et puis on s’est légèrement égaré en cherchant à faire le plein de la voiture de loc’ avant sa restitution. Pour une fois on était en avance – un miracle!

A 7h45, on était au comptoir d’enregistrement de Condor Airlines (si tu ne connais pas cette compagnie, rassure-toi, moi non plus il y a 3 semaines).
Chéri avait géré les billets avec l’agence de voyage américaine et j’avais carrément flippé un peu pris peur en lisant les avis assez négatifs sur le net. Mais je m’étais conditionnée pour être dans de bonnes dispositions (comprendre de bonne humeur) par rapport à ce voyage.

Et puis la sympathique hôtesse qui allaient émettre nos billets nous informe que nos réservations n’ont pas été faites dans la même classe (comprendre: nous n’allions pas voyager à côté).

Et là c’est le presque-drame.

Moi qui croyais avoir épuisé mon quota de larmes, je me suis rendu compte que non, il en restait encore un peu. Chez moi les larmes c’est comme le Paic Citron : « Quand y en a plus, y en a encore! »

Je suis assez à l’aise en avion, mais j’aime bien avoir Chéri à côté. Psychologiquement ça m’aide.

Alors on demande à l’hôtesse de me « sous-classer » en éco : impossible, c’est complet. Elle nous propose néanmoins de surclasser Chéri pour la modique somme de 200€ (waouh! et tu veux pas un Mars avec? – Et merde, j’ai les yeux dans le brouillard, les larmes qui coulent, elle va me prendre pour une folle).
Pendant ce temps Chéri farfouille dans son I-Phone et le  tend à l’hotesse pour lui montrer les réservations. Elle passe un coup de fil en allemand auxquel je n’ai rien compris (c’est un pléonasme) et dit à Chéri en raccrochant « On vous surclasse gratuitement ».

Hallelujah! Ma stratégie-qui-n-en-était-pas-une a payé, nous allons voyager ensemble et confortablement (en Premium Economie Class – ne vas pas non plus croire que la société de Chéri allait nous payer des billets Business Class).

Le principe quand tu vas prendre l’avion c’est que tu attends, tout le temps et pour tout. Tu attends pour l’enregistrement, tu attends pour le contrôle de sécurité, tu attends pour monter dans l’avion, tu attends dans l’avion pour que le pilote ait l’autorisation de décoller… Donc on a attendu.
Il a même fallut attendre les retardataires pendant 30 min. Deux asiatiques mâles, la petite trentaine, fièrement habillés en tenue traditionnelle bavaroise (à mon avis toute fraichement acquises au magasin du duty free) affichant un sourire à s’en déchirer les commissures labiales. Sérieusement? C’est une blague? Y a une caméra cachée quelque part? Non non pas de caméra, juste le commandant de bord qui annonce qu’on va pouvoir décoller!
Yiiihhaaa, mon moment préféré en avion! J’adore sincèrement la prise de vitesse, être plaquée contre mon siège et sentir enfin l’avion décoller du sol! C’est grisant.

Le vol se passait plutôt bien, on avait bu, mangé, regardé un film, puis un deuxième, et même eu une collation…
Mais (parce qu’il y a un « mais » – on n’est pas au pays de Candy ici) Dame Nature s’est invitée à la petite sauterie en plein ciel, (la salope) !
Elle m’a apporté mon cadeau mensuel (comme ils disent dans la pub).
« Oh Quelle délicate attention, mais vous vous êtes trompé de jour Dame Nature, on avait dit le 5 octobre? ! Ah vous avez vu de la lumière vous vous êtes arrêté. Non vraiment fallait pas! C’est à dire que c’était pas prévu comme ça… autant je suis flexible en général, autant là, j’ai vraiment rien sous la main pour vous recevoir dans de bonnes conditions. Oui je comprend bien que vous ne pouvez ni attendre ni même repartir… Bon ben on va se débrouiller … « 

Et chez moi, Dame Nature ne vient jamais seule. Elle est toujours accompagnée de Monseigneur Forte-Douleur (plus on est de fous, plus on rit non?) Et à lui non plus je n’avais rien à offrir. J’ai bien tenté de m’ouvrir le ventre pour le faire sortir, mais les couteaux plastiques de Condor sont vraiment d’une qualité médiocre (note pour plus tard : envoyer une contestation à la compagnie!)

Alors j’ai attendu que le temps passe… et on a finit par arriver à Seattle.

Immigration passée avec succès, valises récupérées, on s’est dirigé vers les magasins et j’ai prié très fort pour trouver de jolis cadeaux pour mes 2 invités-tape-l’inscruste… Et heureusement aux « States », tu trouves quasiment tout, partout, tout le temps, comme par exemple dans une petite boutique qui vend aussi des ours en peluche, des M&M’s et des livres sur la pêche à la mouche.

Et puis comme ça faisait longtemps qu’on l’avait pas fait… on a attendu… le vol pour Portland prévu 3h plus tard et avec 1h00 de retard. De toutes façons, après 15h de voyage t’es plus à 1 heure près.

On a mangé un bout pour la 5ème fois de la journée. Ben oui, le truc c’est que tant que ton corps est éveillé, il te demande à bouffer. Même si c’est censé être la nuit. Lui s’en fout. Il a faim, point barre!

Ce deuxième et fort-heureusement dernier vol a été…. Mémorable!
D’abord, l’avion…. tout droit sorti d’un dessin animé de Barbie.
De prime abord, tu penses qu’il est juste là pour décorer le tarmac (genre : oh tiens, y avait un petit trou là, si on mettait un avion, ca irait super bien avec le gris du ciel). Il a des hélices (pas des réacteurs) comme sur les jouets d’enfants… sauf que j’ai essayé de souffler dessus et elles n’ont jamais tourné. Quand tu rentres dans l’appareil faut que tu te plies en 2 et que tes jambes soient aussi souples et articulées que celles de Barbie pour pouvoir tenir assise. Y a que 20 rangées de 2 sièges. On dirait presque un jet privé mais le « privé » en moins et le « boite à sardines » en plus!
Comme celui de Barbie, il est aussi en plastique et ça craque un peu trop à mon goût.
Par contre, quand Barbie prend l’avion elle, son vol il est tout doux, tout tranquille, tout en douceur et sans secousse… Parce que Barbie c’est la copine de Candy!
Mais comme je te le disais plus haut, moi je suis pas copine avec Candy.
Donc nous on avait l’avion de Barbie en version « Massacre à la tronçonneuse ». 45min de vol, 45min de secousses, trous d’air, 45min de sueur perlante.
Et puis on a finit par atterrir, un peu brutalement.

Les gens se sont remis à parler, et je me suis rendu compte que les 49 autres passagers du vol s’étaient eux aussi fait dessus! Et je me suis sentie moins seule!

BREF, ON A FAIT UN GRAND ET LONG VOYAGE MAIS ON EST BIEN ARRIVES!

Publicités

7 Réponses to “Le Grand Départ !”

  1. Claudia etc 30 septembre 2013 à 21:30 #

    Mon Dieu que de jolies choses et que de changements en 12 mois!!! Tu as d’ailleurs repris ma phrase préférée de Forrest Gump à propos de la boîte de chocolats (c’est tellement vrai) 😀
    Je suis contente de ton retour dans la blogosphère et j’ai vraiment hâte de découvrir maintenant ta new american life (mais pas dans 12 mois hein??!!!)
    Pour moi aussi cette dernière année fut chargée en émotions…mais moins positives que les tiennes…bref…je commence à voir le bout du tunnel même si rien n’est jamais acquis dans la vie. Mais j’espère que dans 12 mois, j’en tirerai un bilan positif!
    Vivement ton prochain article 😉
    Bisous ma belle

    • Chez Laet 30 septembre 2013 à 23:56 #

      Oui pas mal de changements ce qui m’a bien occupé! Pour ce qui est de ma « american life » je vais essayer d’être le plus assidue possible 🙂
      Merci d’être fidèle au poste. Je t’embrasse aussi, take care

  2. Valentine 1 octobre 2013 à 17:22 #

    hehehe!!! tu t’es peut-etre caguée en avion mais moi je me suis fait dessus en te lisant!!! Franchement ça me manquait ton blog!!! Bonne vie aux US et surtout tiens nous au courant de tout!!!! :o))

    • Chez Laet 1 octobre 2013 à 17:25 #

      Ah merci Val’! Moi je me suis aussi pissée en écrivant et je suis bien contente que tu me témoignes cet engouement a me lire!
      Je suis ravie d’être de retour sur mon blog 🙂
      Stay tuned for more episod!
      Xoxo

  3. Assya 2 octobre 2013 à 08:10 #

    Qué régal!! je suis trop heureuse que tu sois revenue. Ta plume marrante me manquait! Je vais te suivre au quotidien donc ne lâche pas et écris… écris tout!! Tu me manque déja ma poupette d’amour!! ❤

  4. Ragnagna 17 octobre 2013 à 05:19 #

    Oh la poisse… De toutes façons les Ragnagna ça tombe toujours les mauvais jours ! Ma spécialité c’était chez mon grand-père, veuf depuis belle-lurette, et que le dimanche. Je faisais 8h de voiture pour rentrer chez nous avec 3 feuilles de PQ pliées, bonheur.
    Et le petit coucou final, c’est à donner envie de faire demi-tour en fait un avion comme ça 😛

Le blabla c'est par là!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s