Lettre ouverte aux prostituées de ma rue

4 Juil

Mesdames les prostituées de l’arrêt de bus en bas de chez moi,

J’ai récemment emménagé dans un appartement en centre ville.
J’ai rapidement constaté que, la nuit tombée, vous sortiez, et veniez racoler au carrefour en bas de chez moi.

Jusqu’alors votre présence m’attristait plus que ne me dérangeait. En effet, je ne peux pas croire qu’on se prostitue par plaisir, et j’en viens donc à la seule conclusion, acceptable pour moi, (peut-être à tort) que vous avez élu domicile nocturne dans ma rue par nécessité ou sous la contrainte.

Personnellement, l’idée d’habiter dans un quartier où la prostitution bat son plein ne m’enchante guère, mais je ne peux pas dire que jusqu’à présent, cela me causait une grande nuisance personnelle…

Bon c’est vrai que votre look est quand même super « cliché » et que cela constitue presque un crime à part entière… Ce n’est pas la peine de vous vêtir de la sorte pour qu’on vous identifie. Soyez rassurées, on a bien compris qui vous êtes et ce que vous faites, debout dans les arrêts de bus, car pardonnez mon insolence, mais tout le monde sait pertinemment que le service de transport en commun de l’agglomération ne fonctionne plus après 22h.

Passons ces considérations vestimentaires que j’admets volontiers être superficielles et revenons au vrai problème.

Que le parking de mon immeuble, et même pire, la carrosserie de notre voiture (what the fuck!!!!) devienne le terrain de jeu de vos acrobaties professionnelles, là c’est sûr, on ne va pas s’entendre!

Souvent je vous ai vu monter dans des voitures qui venaient ensuite se garer dans le petit chemin privé derrière mon immeuble (l’avantage des appartements traversant, c’est qu’on a une vue à 360° du quartier), stationnaient là pendant une dizaine de minutes puis, venaient vous déposer à votre abribus.

Souvent, j’ai trouvé vos strings et vos préservatifs usagés dans le chemin alors que je rejoignais ma voiture. A ce propos, si je puis me permettre une petite remarque qui vous importera surement peu : ce n’est pas très écologique tout ça! J’en profite donc pour vous signaler l’emplacement de 2 poubelles à moins de 50m de votre QG de racolage : la 1ère se situe à l’extérieur de l’abribus, sur votre gauche, l’autre juste de l’autre côté de la rue.

Pour le reste, inutile de nier les faits, on vous a vu hier soir. Pris la main dans le sac, en flagrant délit de trucs que je préfèrerais vraiment ne pas avoir vu (j’en ai encore des nausées…)! Vous tentiez de vous cacher entre notre voiture et le camion du voisin, et je dois même avouer que c’était presque judicieux. Mais vous semblez avoir oublié un détail de taille…. Les immeubles de 7 étages qui surplombent le parking sur lequel vous donniez cours à vos transactions, les fenêtres que nous laissons ouvertes pour tenter de rafraichir nos intérieurs…

Je vous ai vu et vous m’avez vu aussi, Madame, puisque vous avez dit à votre client que « il y a du monde là en haut ». Et lui de s’empresser de rentrer dans sa voiture en vous répliquant « on repassera… » D’ailleurs j’ai pas tout compris… Ils étaient plusieurs??

Alors voilà Mesdames, les faits ont été exposés, les preuves sont irréfutables. En conséquence, je suggère que vous trouviez un nouveau spot pour vos « transactions » car je ne peux me résoudre à vous laisser « pratiquer » dans une propriété privée… la mienne! Je déplore très sincèrement (je risque d’en choquer certain(e)s) que les maisons closes soient interdites en France, mais je ne cautionne pas non plus que mon parking, mon quartier soit un bordel populaire pour les raisons que j’ai citée plus haut … et d’autres!

A bon entendeur, (entendeuses?)

Advertisements

6 Réponses to “Lettre ouverte aux prostituées de ma rue”

  1. Gary 16 juillet 2012 à 12:39 #

    Va falloir penser à déménager ! Admettons que les prostitués de votre rue lisent ce message, pas sûre que cela les fasse changer de spot !

    • Chez Laet 25 juillet 2012 à 15:41 #

      Le problème c’est qu’on vient justement d’emménager et plus précisément d’acheter notre logement 🙂
      Donc le déménagement n’est pas à l’ordre du jour. on va essayer de « co-habiter » 🙂

  2. Lauriane 30 octobre 2012 à 12:10 #

    Je te conseille de leur imprimer le lien de cet article et de le coller en bas de chez-toi type petites annonces, avec billets détachables : elles pourront aller consulter cet article en rentrant chez elle 😉
    Sinon ton article m’a fait sourire, je les croise souvent ces femmes qui attendent le bus toute la nuit…

  3. tibo 8 novembre 2013 à 04:22 #

    Solidaire avec toi!!!
    Nous elle squattes l’arrêt de tram ou juste en face, et dans notre garage, plus de lumière, portes bloquées, garages ouvert capots de voiture abîmés, mais je crois que le plus répugnant et cette permanente odeur de pisse, et des guirlandes de capotes usagées, même si Noel approche c’est insupportable…
    Un soir en promenant le chien, rencontre surprise et flagrant délit, je tente une discussion avec l’une d’entre elle, la discussion dégénère rapidement et me voila entourée de 6 bonnes femmes hystériques, qui me menace….
    Bref du coup maintenant elles me reconnaissent, et j’ai droit a ma petite valise d’insulte quotidienne depuis ce soir.(mm le chiens en prend pour son grade)..
    Le pire c’est que tout le monde le sais mais que comme d’hab, personne fera rien… je pense que ma patience et ma capacité a entendre des insultes arrive a son terme.

    Une solution serait peu être un rassemblement de voisins qui descendrais squatter a leur place pdt leur heures de « travail », leur montrant ainsi qu’on en a plein le C..,
    Effectivement si elle sont plus en bas de chez nous ou seront-elles?
    Peut-être que nos élus locaux grassement payer auront une solution….
    Mais je crois que si tout les concernés se retrouvent on devrais arriver a un consentement…
    sur ce je file et t’assure tout mon soutien….

    • Chez Laet 19 novembre 2013 à 11:05 #

      Salut Tibo,

      Merci pour ta visite et surtout d’avoir pris le temps de commenter!
      Oui les odeurs de pisses je m’en rappelle bien, surtout pendant l’été et que la chaleur les fait ressortir! Un vrai bonheur quand tu sors de chez toi à 9h du matin, le petit déjeuner tout fraichement avalé!
      Nous nous avons trouvé une solution un peu radicale…. nous sommes partis… de l’autre côté de l’atlantique 🙂
      Bon clairement ce n’était pas tant pour fuire ces jolies jeunes femmes que pour aller explorer le monde, mais le résultat est là quand meme.
      Pas de prostiputes dans notre nouveau quartier… !
      C’est donc mon tour de t’assurer tout mon soutien. Mais j’ai bien peur qu’il n’y ait pas beaucoup de solutions….
      Sois fort et adopte un Doberman qui aboiera plus fort qu’elles 🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ma vie en Iphonie #1 « - 25 juillet 2012

    […] Les prostituées du quartier : si tu as raté cet épisode, tu peux suivre le cours de rattrapage ici. Quelques jours après la parution de mon article, une copine & lectrice m’a envoyé […]

Le blabla c'est par là!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s